Gallant and Playful Story, Interrupted ... [1673]


Introduction

The excerpt below is taken from François Hédelin Aubignac's 1673 story sequence Histoire galante et enjouée, interrompue par des entretiens de civilité, d'amitié et de passetemps, reproduced in the January and March 1777 volumes of Bibliotheque Universelle des Romans.

An English translation of this story also appeared in the April 1819 issue of Blackwood's Magazine under the title, "History of the Lovers of Quimper-Corentin."

In 1779, the Manuel des châteaux offered the frame story excerpted below as an example of how to play the "little game" of "Interrupted Stories." Importantly, the frame story depicts a round-robin of narrators taking over the narration of the same story following guidelines they agreed to in advance. At this point in the book, it is not a typical story sequence in which different narrators are responsible for different stories. By chance, the book as a whole is also a more typical story sequence, familiar from Chaucer, Boccaccio, etc., and the excerpt concludes at the point where the frame story becomes more commonplace.

Translation

[... 52 ...]

Madame la Présidente de S. Marcel, a woman of about forty, rich, and who held a certain status in Paris, accustomed to spending the greater part of the year in a select society of gifted minds, people of letters, and women occupied with the merit of new works and with the success of plays, could not avoid going to spend six weeks or two months in a beautiful castle which belonged to her in the Province of Poitou; but to console herself at least more easily from the boredom of the provincial visits which she could not fail to receive, she had formed a small company, sufficient to amuse her in the country.

This company consisted in, independent of M. le Président (to whom the affairs of his land, the care of asserting his rights, of reckoning with the farmers, the principal direction of the embellishments & improvements of the castle & of the exteriors, gave enough occupation), a friend about her own age, and whose taste for works of wit was perfectly in keeping with her own. This second Lady had a daughter with a charming face, aged sixteen to seventeen, who had already acquired all the pleasant talents and done all the reading that can form the taste, the heart, and the mind of a young person.

M. le Président had a brother who was called the Chevalier de S. Marcel. He had served for a few years and had passed for likeable in some towns where he had been garrisoned. He was still found so in some quarters of Paris, in truth a little out of the way. He often went to the theater out of idleness and read the new pamphlets and the newspapers for the same reason; & saw & heard the Men of Letters reasoning at his sister-in-law's.

An Abbot, obliging to Madame la Présidente, known as the author of a few works of pure science, but who, to extend the atmosphere of his consideration, also dabbled in reasoning about works of light literature, had consented to spend the autumn with the people we have just named, all the more willingly because the house was comfortable and the food excellent. He had brought with him his nephew, a really amiable young man, whom the Abbot wanted to introduce to society, and who joined with a pretty face a lively and cultivated mind. He had a real desire to please, and the presence of the young lady seemed to animate the care he took to succeed. This was without a well-formed plan; but anyway it's always good to be friendly: that leads to everything.

The first week of this company's stay in the country was filled with sad visits, which forced them all to be party to games of commerce, which bored them very much. With difficulty did the Président and the Abbot find the time to play a game of chess after dinner; & Madame la Présidente, in the evening, a game of trictrac with her brother-in-law the soldier.

After a while the crowds dwindled, and finally the company found itself left to its own strengths, or rather to its own tranquillity. Immediately the project of occupying themselves with games of wit and memory, which la Présidente had conceived the previous winter, was proposed and put into execution.

First, after supper, everyone played these little parlor games, where those who lose are obliged to give pledges and to undergo a small penance, which they are given to get their pledges back. These penances were always stories to tell, or songs, verses to recite, or to sing on the spot; the company was happy when it was the Abbot's nephew to whom these little accidents happened; for he produced fairly pleasant things, inspired, no doubt, by the desire to please the object he noticed above others.

Madame la Présidente and her friend, who had a very fine mind, at least knew how to show off their memory, if they did not try to tire their imagination.

The Abbot did not remain brief; but he was diffuse and often obscure in his productions, always in prose.

The soldier recounted acts of war; modestly admitting that they were not his.

But the two people in the company most embarrassed, and who were soon even obliged to be exempted from paying their tribute, were M. le Président and the young Demoiselle. The first says above all for his excuse, that nothing was so embarrassing as to write a tale on the spot; that he would prefer a thousand times to have to report on a lawsuit, because at least then the facts were provided by the Parties, and the means by the Lawyers; moreover, he soon retired from the affair, falling asleep immediately after supper, in return for which he took no further part in the game.

The Demoiselle lacked neither wit nor knowledge; but it did not suit her age and situation to appear too well educated. The young man gladly undertook to discharge her debts; the security was granted, and the game lasted on this footing for several evenings. But anyway Madame la Présidente wanted to refine this kind of amusement: Sir, said she one day to the young man, you seem to me to have so much wit and talent, that I believe you capable of succeeding in a little game that I have heard that they used to play at the Hôtel de Rambouillet, when Madame la Duchesse de Montausier was still known only by the name of the beauty Julie d'Angène. We are assured that she herself, & each of the Ladies & the gifted minds, who assembled at her house, began a story, & continued it, until this story was extremely complicated, & the Heroes found themselves in confusing situations; then someone from the company took on the task of unraveling all the chaos, and of getting all the characters out of the trouble. We are assured that M. Huet, Bishop of Avranches, had a special talent for ending the most difficult stories in this way. You know that this Prelate, when he was young, often frequented the Hôtel de Rambouillet, and that, as he was very small, he was called Julie's Dwarf.

See, M. de Verbois, she continued, if you find yourself capable of playing the character of M. Huet here. Assuredly, Madame, answered the young man; I am neither so little nor so learned as the Bishop of Avranches; but what this Prelate did in his youth for his divine Julie, I believe I can undertake, to have the honor of paying my court to you and these Ladies. That being so, resumed la Présidente, I will begin a story; you will continue it, my dear, she said, looking at the Lady her friend; we will excuse Mademoiselle your daughter from speaking afterwards, because it will be a Romance, and she must not yet know how to do it. M. le Président will sleep, because he reinstitutes here, in the evening, the little naps he sometimes takes at the Palace; in the morning, The Abbot will use his genius to plot the Romance, so that the adventures will become very difficult to sort out: it will be he who will truly form the Gordian knot; my brother-in-law, although a soldier, will be careful not to cut it; on the contrary, he will aggravate the circumstances. Finally M. de Verbois will untangle this fuse; & I am convinced that whatever care we take to flummox him, he will provide us with a simple, natural & happy ending.

You presume a great deal about me, answered the young man; you would render me modest about my talent for dénouements; but I do not despair of getting out of this one, with a wave of the wand, a little fairyland, or magic; besides, I know the freedom one uses in a Romance; when a character is bothersome, we get rid of him by iron or by poison ... No, please, Mr. de Verbois, said Madame la Présidente, that is not how we understand it. We won't be disappearing any characters in the course of the story; they must all meet again at the end, and they must be happy. Besides, the help of magic and magic is forbidden to you; M. le Président & I don't believe in wizards; all accidents must be, if not true, at least probable, and must lead to a simple and natural end. ... These are rather harsh Laws, said the Abbot; but I dare to assure you that my nephew will take pride in submitting to them and following them.

The nephew confirmed, by a modest bow, what his uncle had just advanced; & Madame la Présidente began her story.

The Lovers of Quimpercorentin, a tragi-comic story.

The city of Quimpercorentin is renowned throughout Lower Brittany for the beauty of the Ladies, the delicacy of the feelings of the men who were born there, and the singularity of the adventures that happened there. I am going to begin to draw a slight sketch of it for you; but what I will tell you about it will be very little compared to the number of singular and interesting adventures that will be presented to you later: they will touch you, surprise you, stun you, and prepare you for the happiest outcome, & at the same time the most extraordinary. It is of this dénouement that one might well say, with truth, that the end crowns the work; this will be the work of M. de Verbois. The young man saw clearly that Madame la Présidente wanted to joke with him; but he did not despair of upholding the wager, and let her continue.

[... 67 ...]

After having thus made known the heroes and heroines of history, having characterized them, and even having dispersed them quite nicely throughout the world, I believe that I am permitted (says Madame la Présidente) to rest: it will be up to you tomorrow, my dear friend, she added, looking at the other Lady, to tell us what became of these Ladies and these Gentlemen.

The next day at the same time, that is to say, after supper, M. le Président sleeping, and the rest of the company listening, the friend of Madame la Présidente spoke, and said:

[... 73 ...]

I will leave them in this state, please, Gentlemen & Ladies, said la Présidente's friend, the Abbot will tell us tomorrow what success, happy or unhappy, their trip had.

Ladies, said the Abbot the next day, romantic narratives and light literature are not my genre; it is known that I have made other studies; but what would I not risk to please you? I am going to prolong your story, & work against my own blood, by further confusing my nephew, who is in charge of the dénouement.

[ ... 78 ... ]

Madame la Présidente & the whole company agreed that this situation was most touching; they complimented the Abbot on the way he had rendered it, especially since, carried away by the force of feeling, he had cried so loudly, ah, God, it's Balzamie! that the servants of the chateau, who had heard him from the first antechamber, had come running to find out what had happened. M. le Président had woken up; but they all reassured them that it was only a story.

The Abbot continuing his story: let's resume, he says now, the thread of the adventures of the other lovers of Quimpercorentin.

[ ... 83 ... ]

At this point, the Abbot stopped, realizing that it was quite late, and that his task was sufficiently accomplished. Your turn, my brother-in-law, Madame la Président said to M. le Chevalier; it will be up to you tomorrow to sort out, or rather, to end this story. I will fulfill my task, said the Chevalier, as briefly as possible; because, as a soldier, I must be expeditious; & fortunately it is not for me to help our lovers out of trouble.

So the next day, M. le Chevalier said: [...]

[... 87 ... ]

It's up to M. de Verbois to tell us the rest, said M. le Chevalier, stopping at this point in the narrative.

It will not be, at least for tomorrow, said Madame la Présidente then, because I warn you, Gentlemen and Ladies, that tomorrow we will have too much company, for us not to be obliged to discontinue for a few days our amusements of the evening.

The Bishop of *** told me that being in the course of his visit, he must come to dine with us tomorrow; he begs me to find it good that he stays here on Sunday; & that very evening, the Intendant is due to arrive, to spend two days with us. Gadzooks, said the Abbot, these Bishop's visits are inconvenient; you see, Ladies, how well adjusted I am, my hair in a ribbon, a green habit: since you have a Bishop, I am obliged, out of consideration for him, to wear again my short hair and my violet habit. As for me, said M. le Président, waking up, the Intendant does not impress me, I sit above him in the palace: eh! my God, M. le Président, said Madame la Présidente, have no such pretensions; an Intendant is a man one can always use when one has land and farmers; besides, who knows what these people will become?

For me, said M. de Verbois, these visits can only do me good, I was quite bothered about unraveling the story of the lovers of Quimpercorentin, and a few days of reflection will put me in a position to get myself out of trouble.

To be concluded in the Volume that will appear on the first of March

[ ... 49 ... ]

Monseigneur the Bishop & M. l'Intendant, having finally left the castle of the M. le Président, & left the society free to resume its amusements, the young Vertbois who had taken it upon himself to finish & conclude the Story of the Lovers of Quimpercorentin, acquitted himself of it as we will see.

We left off, said he, ...

[... 68 ...]

This is how M. de Vertbois completed & concluded the story of the Lovers of Quimpercorentin. Madame la Présidente & her company applauded this outcome; & if some Critics dared to say that there was little likelihood in the way the eight Heroes & Heroines of this story got out of trouble, most just agreed that the laws that had been imposed on him were very harsh & very difficult to execute, & that magic & catastrophes being forbidden to him, he could hardly get out of it otherwise.

We hope that our readers will be as indulgent for us, as the company of the castle of Saint Marcel was for M. de Vertbois; but, however, since we have begun to report on the amusements of this castle, let's continue to tell what occupied this company during the rest of the autumn.

Madame la Présidente agreed that the game of interrupted history was too difficult to execute to be often repeated; that it was better that each of the company provide his quota, & fulfill any task, but whole & complete, without excepting M. le Président. As this arrangement was proposed before supper, this one who heard it, complained a lot about what was required of him. [...]

Original Text

[... 52 ...]

Madame la Présidente de S. Marcel, femme d'environ quarante ans, riche, & qui tenoit dans Paris un certain état, accoutumé à passer la plus grande partie de l'année dans une société choisie de beaux-esprits, de Gens de Lettres, & de femmes occupées du mérite des ouvrages nouveaux, & du succès des Pièces de théatre, n'avoit pu se dispenser d'aller passer six semaines ou deux mois dans un beau château qui lui appartenoit dans la Province du Poitou ; mais du moins, pour se consoler plus aisément de l'ennui des visites provinciales qu'elle ne pouvoit manquer de recevoir, elle s'étoit formée une compagnie peu nombreuse, & suffisante pour l'amuser à la campagne.

Cette compagnie consistoit, indépendamment de M. le Président (à qui les affaires de sa terre, le soin d'en faire valoir les droits, de compter avec les Fermier, la direction principale des embelissemens & améliorations du château & des dehors, donnoient assez d'occupation), dans une amie à-peu-près de son âge, & dont le goût pour les ouvrages d'esprit étoit parfaitement conforme au sien. Cette seconde Dame avoit une fille d'une figure charmante, de seize à dix-sept ans, & qui avoit déjà acquis tous les talens agréables, & fait toutes les lectures qui peuvent former le goût, le cœur & l'esprit d'une jeune personne.

M. le Président avoit un frère que l'on appelloit le Chevalier de S. Marcel ; il avoit servi pendant quelques années, & avoit passé pour aimable dans quelques villes où il avoit été en garnison, on le trouvoit encore tel dans quelques quartiers de Paris, à la vérité un peu écartes. Il alloit souvent au spectacle par désœuvrement, lisoit les brochures nouvelles & les journaux, par la même raison ; & voyoit & entendoit raisonner les Gens de Lettres chez sa belle-sœur.

Un Abbé, complaisant de Madame la Présidente, connu pour Auteur de quelques ouvrages de pure science, mais qui, pour étendre l'athmosphère de sa considération, se mêloit aussi de raisonner sur les ouvrages de Littérature légère, avoit consenti à passer l'automne avec les personnes que nous venons de nommer, d'autant plus volontiers, que la maison étoit commode & la chère excellente. Il avoit amené avec lui son neveu, jeune homme vraiment aimable, que l'Abbé vouloit produire dans le monde, & qui joigoit à une jolie figure, un esprit vif & cultivé. Il avoit un véritable desir de plaire, & la présence de la jeune Demoiselle paroissoit anime les soins qu'il prenoit pour y réussir. C'étoit sans un projet bien formé ; mais enfin il fait toujours bon d'être aimable : cela mène à tout.

La première semaine du séjour de cette compagnie à la campagne, fut remplie par de tristes visites, qui les obligèrent tous à faire des parties de jeu de commerce qui les ennuyoient fort. A peine M. le Président & l'Abbé trouvoient-ils le moment de faire une partie d'échecs après le dîné ; & Madame la Présidente, le soir, une partie de trictrac avec son beau-frère le militaire.

Au bout de quelque temps l'affluence diminua, & enfin la compagnie se trouva livrée à ses propres forces, ou plutôt à sa propre tranquilité. Aussi-tôt le projet de s'occuper de jeux d'esprit & de mémoire, que la Présidente avoit conçu dès l'hiver précédent, fut proposé & mis en exécution.

On joua d'abord après le souper à ces petits jeux innocens, où ceux qui perdent sont obligés de donner des gages & de subir une petite pénitence, qu'on leur donne pour les retirer. Ces pénitences étoient toujours des histoires à raconter, ou des chansons, des vers à réciter, ou à chanter sur le champ ; la compagnie se trouvait heureuse lorsque c'étoit au neveu de l'Abbé que ces petits accidens arrivoient ; car il produisoit des choses assez agréables, inspirées, sans doute, par le desir de plaire à l'objet qu'il distinguoit.

Madame la Présidente & son amie, qui avoient l'esprit très-orné, saisoient du moins briller leur mémoire, si elles ne cherchoient pas à fatiguer leur imagination.

M. l'Abbé ne restoit pas court ; mais il étoit diffus, souvent obscur dans ses productions, toujours en prose.

Le militaire contoit des faits de guerre ; en avouant modestement que ce n'étoient pas les siens.

Mais les deux personnes de la compagnie les plus embarrassées, & que l'on fut même bientôt obligé de dispenser de payer leur tribut, furent M. le Président & la jeune Demoiselle. Le premier dit d'abord pour son excuse, que rien n'étoit si embarrassant que de faire un conte sur le champ ; qu'il aimeroit mieux mille fois avoir à rapporter un procès, parce qu'au moins alors les faits étoient fournis par les Parties, & les moyens par les Avocats ; au reste, il se retira bientôt d'affaire, en s'endormant tout de suite après le souper, moyennant quoi, il ne prenoit plus part au jeu.

La Demoiselle ne manquoit ne d'esprit, ni de connaissance ; mais il ne convenoit pas à son âge & à sa situation, de paroître trop instruite. Le jeune homme se chargea volontiers d'acquitter ses dettes ; le cautionnement fut admi, & le jeu dura, sur ce pied, pendant quelques soirées. Mais enfin Madame la Présidente voulant raffiner sur ce genre d'amusement : Monsieur dit-elle un jour au jeune homme, vous me paroissez avoir tant d'esprit & de talent, que je vous crois capable de réussir à un petit jeu que j'ai oui dire qu'on jouoit autrefois à l'Hôtel de Rambouillet, lorsque Madame le Duchesse de Montausier n'étoit encore connue que sous le nom de la belle Julie d'Angène. On assure qu'elle-même, & chacune des Dames & des beaux Esprits, qui s'assembloient chez elle, commençoient une histoire, & la continuoient, jusqu'à ce que cette histoire fût extrêmement compliquée, & que les Héros se trouvassent dans des situations tout-à-fait embarrassantes ; alors quel qu'un de la compagnie se chargeoit de débrouiller tout le chaos, & de tirer tous les personnages d'embaras. On assure que M. Huet, Evêque d'Avranches, avoit un talent tout particulier pour terminer ainsi les histoires les plus difficiles. Vous savez que ce Prélat, quand il étoit jeune, fréquentoit beaucoup l'Hôtel de Rambouillet, & que, comme il étoit fort petit, on l'appelloit le Nain de Julie.

Voyez, M. de Verbois, dit-elle en pouisuivant, si vous vous trouvez capable de faire ici le personnage de M. Huet. Assurément, Madame, répondit le jeune homme ; je ne suis ni si petit, ni si savant que M. l'Evêque d'Avranches ; mais ce que ce Prélat fit dans sa jeunesse pour sa divine Julie, je crois pouvoir l'entreprendre, pour avoir l'honneur de vous faire ma cour, & à ces Dames. Cela étant ainsi, reprit la Présidente, je vais commencer un histoire ; vous la continuerez, ma chère, dit-elle, en regardant la Dame son amie ; nous dispenserons Mademoiselle votre fille de parler ensuite, parce que ce sera un Roman, & qu'elle ne doit pas encore en savoir faire. M. le Président dormira, parce qu'il remplace ici, le soir, les petits sommes qu'il fait quelquefois au Palais ; le matin, M. l'Abbé emploiera son génie à intriguer le Roman, de manière que les aventures en deviennent très-difficiles à débrouiller : ce sera lui qui formera véritablement le nœud-gordien ; mon beau-frère, quoique militaire, se gardera bien de la couper ; il aggravera, au contraire, les circonstances. Enfin M. de Verbois démêlera cette fusée ; & je suis persuadé que quelque soin qu'on emploie pour l'embarrasser, il nous fournira un dénouement simple, naturel & heureux.

Vous présumez beaucoup de moi, répondit le jeune homme ; vous me rendriez modeste sur mon talent pour les dénouemens ; mais je ne désespère pas de me tirer de celui-ci, avec un coup de baguette, un peu de féerie, ou de magie ; d'ailleurs je connois la liberté dont on use dans un Roman ; quand un personnage embarrasse, on s'en défait par le fer ou par le poison ... Non pas, s'il vous plaît, M. de Verbois, dit Madame le Président, ce n'est pas ainsi que nous l'entendons. Nous ne serons disparoître aucun personnage pendant tout le cours de l'histoire ; il faut qu'ils se retrouvent tous au dénouement, & qu'ils soient heureux. D'ailleurs le secours de la magie & de la féerie vous est interdit ; M. le Président & moi ne croyons pas aux sorciers ; il faut que tous les accidens soient sinon vrais, du moins vraisemblables, & qu'ils aboutissent à une fin simple & naturelle. ... Voilà des Loix un peu dures, dit l'Abbé ; mais j'ose assurer que mon neveu se fera gloire de s'y soumettre, & de les suivre.

Le neveu confirma, par un révérence modeste, ce que venoit d'avancer son oncle ; & Madame la Présidente commença son histoire.

Les Amoureux de Quimpercorentin, histoire tragi-comique.

La ville de Quimpercorentin est renommée dans toute la Basse-Bretagne, pour la beauté des Dames, le délicatesse des sentimens des hommes qui y ont pris naissance, & la singularité des aventures qui y sont arrivées. Je vais commencer à vous en tracer une légère esquisse ; mais ce que je vous en dirai, sera peu de chose, en comparaison de la quantité d'aventures singulières & intéressantes qui vous seront exposées par la suite : elles vous toucheront, vous étonneront, vous étourdiront, & vous prépareront au dénouement le plus heureux, & en même temps le plus extraordinaire. C'est de ce dénouement que l'on pouroit bien dire, avec vérité, que la fin couronne l'œuvre ; ce sera l'ouvrage de M. de Verbois. Le jeune homme vit bien que Madame la Présidente vouloit le plaisanter ; mais il ne désespéroit pas de soutenir la gageure, & la laissa poursuivre.

[... 67 ...]

Après avoir ainsi fait connaître les héros & héroïnes de l'histoire, les avoir caractérisés, & même les avoir assez joliment dispersés par le monde, je crois qu'il m'est permis (dit Madame la Présidente) de me reposer : ce sera demain à vous, ma chère amie, ajouta-t-elle en regardant l'autre Dame, à nous dire ce que devinrent ces Demoiselles & ces Messieurs.

Le lendemain à la même heure, c'est-à-dire, après la soupé, M. le Président dormant, & le reste de la compagnie écoutant, l'amie de Madame la Présidente prit parole, & dit :

[... 73 ...]

Je les laisserai dans cet état, s'il vous plaît, Messieurs & Dames, dit l'amie de la Présidente, M. l'Abbé nous dira demain quel succès, heureux ou malheureux, eurent leur voyage.

Mesdames, dit le lendemain l'Abbé, les narrations romanesques & les littératures légères ne sont point de mon genre ; l'on sait que j'ai fait d'autres études ; mais que ne hasarderois-je pas pour vous plaire ? Je vais prolonger votre histoire, & travailler contre mon propre sang, en embarrassant de plus en plus mon neveu, qui est chargé du dénouement.

[ ... 78 ... ]

Madame la Présidente & toute la compagnie convinrent que cette situation étoit des plus touchantes ; l'on fit compliment à M. l'Abbé sur la façon dont il l'avoit rendue, d'autant plus qu'emporté par la force du sentiment, il avoit crié si fort, ah, Dieu, c'est Balzamie ! que les domestiques du château, qui l'avoient entendu de la première antichambre, étoient accourus pour savoir ce qui étoit arrivé. Le Président s'étoit réveillé ; mais on les tranquillisa tous, en les assurant que ce n'étoit qu'un conte.

L'Abbé continuant son récit, reprenons, dit-il à présent le fil des aventures des autres amoureuex de Quimpercorentin.

[ ... 83 ... ]

En cet endroit, l'Abbé s'arrêta, s'appercevant qu'il étoit assez tard, & que sa tâche étoit suffisamment remplie. A vous le dez, mon beau-frère, dit alors à M. le Chevalier, Madame la Présidente ; ce sera à vous demain à débrouiller, ou plutôt, à achever cette histoire. Je remplirair ma tâche, dit le Chevalier, le plus brièvement qu'il me sera possible ; car, en qualité de Militaire, je dois être expéditif ; & heureusement ce n'est point à moi à tirer nos amoureux d'embarras.

Le lendemain donc, M. le Chevalier dit : [...]

[... 87 ... ]

C'est à M. de Verbois à nous apprendre le reste, dit M. le Chevalier, en s'arrêtant à ce point de la narration.

Ce ne sera pas au moins pour demain, dit alors Madame la Présidente, car je vous avertis, Messieurs & Mesdames, qu'il nous arrive demain trop grande compagnie, pour que nous ne soyons pas obligés de discontinuer, pendant quelques jours, nos amusemens du soir.

M. l'Evêque de *** me made qu'étant dans le cours de sa visite, il doit venir demain dîner avec nous ; il me prie de trouver bon qu'il séjourne ici Dimanche ; & ce soir-là même, M. l'Intendant doit arriver, pour passer deux jours avec nous. Morbleu, dit l'Abbé, ces visites d'Evêque sont incomodes ; vous voyez, Mesdames, comme je suis ajusté, mes cheveux en catogan, un habit verd : puisque vous avez un Evêque, je suis obligé, par consideration pour lui, de reprendre mes cheveux courts & mon habit violet. Pour moi, dit M. le Président en se réveillant, l'Intendant ne m'en impose point, je siège au-dessus de lui au palais : eh ! mon Dieu, M. le Président, dit Madame la Présidente, n'ayez point de ces prétentions-là ; un Intendant est un homme dont on peut toujours avoir besoin quand on a des terres & des fermiers ; d'ailleurs qui sait ce que ces gens-là deviennent ?

Pour moi, dit M. de Verbois, ces visites ne peuvent que me faire du bien, j'étois assez embarrassé à dénouer l'histoire des amoureux de Quimpercorentin, & quelques jours de réflexion me mettront en état de me tirer d'affaire.

La conclusion pour le Volume qui paroîtra au premier Mars prochain.

[ ... 49 ... ]

Monseigneur l'Evêque & M. l'Intendant, ayant enfin quitté le château de la Présidente, & laissé à la société la liberté de reprendre ses amusemens, le jeune Vertbois qui s'étoit chargé de terminer & conclure l'Histoire des Amoureux de Quimpercorentin, s'en acquitta comme l'on va voir.

Nous avons laissé, dit-le, ...

[... 68 ...]

C'est ainsi que M. de Vertbois acheva & conclut l'histoire des Amoureux de Quimpercorentin. Madame la Présidente & sa compagnie, applaudirent à ce dénouement ; & si quelques Critiques osèrent dire qu'il y avoit peu de vraisemblance dans la façon dont les huit Héros & Héroïnes de cette histoire se tirèrent d'embarras, les plus justes convinrent que les loix qu'on lui avoit imposées, étoient très-dures & très-difficiles à exécuter, & que la magie & les catastrophes lui étant interdites, il ne pouvoit guères s'en tirer autrement.

Nous espérons que nos Lecteurs seront aussi indulgens pour nous, que la compagnie du château de Saint Marcel le fut pour M. de Vertbois ; mais, quoi qu'il en soit, puisque nous avons commencé à rendre compte des amusemens de ce château, continuons à dire à quoi cette compagnie occupa pendant le reste de l'automne.

Madame la Présidente convint que le jeu de l'histoire interrompue, étoit de trop difficile exécution pour être souvent répété ; qu'il valoit mieux que chacun de la compagnie fournit son contingent, & remplit une tâche quelconque, mais entière & complette, sans en excepter M. le Président. Comme cet arrangement fut proposé avant le souper, celui-ci qui l'entendit, se récria beaucoup sur ce que l'on exigeoit de lui [...]


Return to Early Collaborative Games of Fantasy and Imagination.